• Août 2016
    La Famille

    L'oeuvre du mois d'août 2016

    Edouard Sain (1830-1910)

    La Famille

    Huile sur toile, 1892

    Propriété de l’État, fonds national d’art contemporain. Inv. : FNAC 180

    Déposé au Musée barrois en 2007, inv. D. 2007. 1.1

     

     

     Pour en savoir plus sur ce tableau, consultez le site internet de la Communauté d'Agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse :

    http://www.meusegrandsud.fr/vivre/vos-loisirs/ma-culture/musee-barrois/l-oeuvre-du-mois.html


    votre commentaire
  • Juillet 2016
    Un oushebti égyptien

    L'oeuvre du mois de juillet 2016

    Oushebti de la maîtresse de maison d’Osiris
    Égypte
    Terre cuite peinte
    XXIIe dynastie ou XXIIIe dynastie (945-715 av. J.-C.)
    Don Veuve Colson, inv. 981.1.4

     

    Pour en savoir plus sur cet oushebti, consultez le site internet de la Communauté d'Agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse :

    http://www.meusegrandsud.fr/vivre/vos-loisirs/ma-culture/musee-barrois/l-oeuvre-du-mois.html

     


    votre commentaire
  • Avril 2016
    H.-P. Gassier
    "Au voleur !"

    L'oeuvre du mois d'avril 2016

    Henri Paul GASSIER (1883-1951)
    Au voleur !
    Encre et gouache sur papier collé sur carton

    Don Mme Poincaré, inv. 936.1.22

     

    Pour en savoir plus sur cette caricature, consultez le site internet de la Communauté d'Agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse :

    http://www.meusegrandsud.fr/vivre/vos-loisirs/ma-culture/musee-barrois/l-oeuvre-du-mois.html

     


    votre commentaire
  • Février 2016
    Louis-Gustave GAUDRAN
    Joseph Bara

    L'oeuvre du mois de février 2016

    Louis-Gustave Gaudran (1829- ?)
    Joseph Bara
    Marbre, 1881
    Dépôt de l’État de 1883, transfert de propriété de l’État à la Ville de Bar-le-Duc, 2006
    Inv. 2007.0.33

    Né en juillet 1779, Joseph Bara est le fils du garde-chasse du seigneur de Palaiseau. Alors que ses frères aînés sont partis combattre aux frontières, Joseph se rend en Vendée pour servir sous les ordres du général Desmarres. Son rôle auprès de lui est incertain : est-il tambour, hussard, agent de liaison ou ordonnance ? Le 7 décembre 1793, il est tué lors d’une embuscade près de Jallais (49) par, semble-t-il, des voleurs de chevaux vendéens. Certaines sources indiquent que Bara aurait lui-même volé ces chevaux et qu’il aurait été abattu par leurs propriétaires, en représailles. Une semaine plus tard, une lettre du général Desmarres est lue à la tribune de la Convention, louant le courage du garçon.

    Cette nouvelle ne passe pas inaperçue et Robespierre s’empare de l’épisode pour mettre en avant un modèle de vertu républicaine, quitte à réécrire l’histoire. La légende en fait alors un engagé volontaire dans le 8e régiment de hussards tombé sous les balles des Vendéens en criant « Vive la République ! ». Bertrand Barère, allié de Robespierre, l’érige en exemple pour toute la patrie : « Bara est célèbre à treize ans. Il a déjà, avant que d'entrer dans la vie, présenté à l'Histoire une vie illustre. Il nourrissait sa mère et mourut pour la Patrie ; il tuait des brigands et résistait à l'opinion royaliste. C'est cette vertu qui doit présenter son exemple à tous les enfants de la République, c'est son image tracée par les pinceaux du célèbre David que vous devez exposer dans toutes les écoles primaires ». En effet, la Convention demande que son corps soit transféré au Panthéon et que Jacques Louis David, peintre officiel de la République chargé d’organiser la cérémonie, lui rende également hommage par un tableau. Il n’en fit qu’une ébauche, aujourd’hui conservée au musée Calvet (Avignon).

    Modèle d’inspiration pour les artistes de la Révolution à l’image de Joseph Agricol Viala, autre enfant tombé au combat, le petit "hussard" retrouve sous la IIIe République le rôle d’objet pédagogique que Robespierre lui avait assigné. C’est dans ce contexte que le sculpteur Gaudran présente le plâtre de son Buste de Bara au Salon de 1880, dans l’espoir d’obtenir une commande officielle de l’État. Celle-ci se concrétise le 31 juillet 1880 et le marbre reçoit les éloges de M. Kaempfen, inspecteur des Beaux-Arts : « La tête juvénile de Bara est charmante. L’ensemble est très heureux, d’un mouvement très simple et très vivant ». Gaudran a choisi de le représenter en costume de tambour, dans une légère torsion qui donne du dynamisme à l’œuvre. Le marbre permet de rendre avec douceur la jeunesse des traits du jeune homme.

    Les artistes, tant peintres que sculpteurs, ont fréquemment mis à l’honneur la figure de Bara au début des années 1880. Citons notamment le marbre d’Auguste Paris, Bara mourant (1883, musée Bargoin, Clermont-Ferrand), le tableau de Jean-Joseph Weerts, La mort de Bara (1880, Musée d’Orsay, Paris) ou celui de Charles Moreau-Vauthier, Mort de Joseph Bar (1880, Musée municipal, Nérac).

     

    Sources :
    Collectif, La Mort de Bara. De l’événement au mythe, autour du tableau de Jacques-Louis David, édition du Musée Calvet, Avignon, 1989.
    www.histoire-image.org


    votre commentaire
  • Janvier 2016
    L'Adoration des mages

    L'oeuvre du mois de janvier 2016

    Adoration des mages
    Pierre calcaire polychrome, XVe siècle
    77 x 51 x 13,5 cm
    Inv. 990.1.89

    Cette sculpture, dont la provenance est inconnue, illustre un épisode de l’Évangile selon Matthieu (2 : 1-12) dans lequel des mages suivent une étoile qui les conduit jusqu’à Jésus, à qui ils offrent de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Ces cadeaux soulignent la destinée royale de l’enfant.

    La scène principale de ce relief se situe au premier plan. À gauche se tient la sainte famille, composée de Joseph, en retrait, de Marie au centre et de Jésus, assis sur les genoux de sa mère. La partie droite est occupée par les trois rois mages, Gaspard, Melchior et Balthazar, qui apportent leurs présents à Jésus, le reconnaissant ainsi comme le messie. Les trois personnages représentent probablement les trois âges de la vie : le plus vieux est agenouillé devant l’enfant, le plus jeune, imberbe, termine le cortège.

    La partie haute est plus confuse : trois scènes différentes sont juxtaposées sans réelle distinction des espaces. Derrière la sainte famille sont visibles l’âne et le bœuf : ils complètent la crèche évoquée au premier plan. Cependant, l’ange qui les côtoie n’appartient plus à cet espace : il est dans le ciel et s’apprête à annoncer au monde la naissance de Jésus. Enfin, à droite, on peut discerner un berger au milieu de son troupeau de moutons, dans la montagne. Il est réveillé par un deuxième ange.

    Cette multiplicité de saynètes à l’intérieur d’un même cadre est tout à fait typique de l’art médiéval. Les artistes de cette période n’hésitent pas à représenter plusieurs épisodes d’une histoire ou, comme ici, des lieux et des temps différents dans une composition. La polychromie encore visible se limite à quelques couleurs (rouge, bleu, vert et ocre). Les traits des personnages comme les plis des vêtements sont rendus avec une finesse qui dénote une sculpture d’une belle qualité.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique